Acerca de

lac Brome
 
 

Lac Brome

20,6 km

Périmètre
 

94,6 millions de m3

Volume
total de l'eau

6,3 m

Profondeur
moyenne

3,9 m3

Taux de
décharge moyen

12,8 m

Profondeur
maximum

197,28 m3

La ligne des hautes eaux
au dessus de la mer

10,2 mois

Temps de
renouvellement de l'eau

400 résidences riveraines
300 condos

L'urbanisation

Caractéristiques physiques et morphologiques

Le lac Brome est une large cuvette de 14,6 km2. Du côté est, il est bordé par les monts Foster, Gauvin et Glenn d’où part notamment le ruisseau Coldbrook. Le lac est principalement alimenté par 8 affluents qui font ensemble 278 km.

Niveau du lac

Quilliams

71,7 km2 
(38%)

 

Colbrook

44,7 km2 
(23,7%)

 

Inverness

33,7 km2 
(17,9%)

 

Argyll

11,7 km2 
(6,2%)

 

Durell

11,3 km2 
(6%)

 

Tiffany

9,5 km2 
(5%)

 

Pearson

6,1 km2 
(3,2%)

 

 

Le bassin versant

Un bassin versant est une portion de territoire délimitée par des lignes de crête, dont les eaux alimentent un exutoire commun : cours d’eau, lac, mer, océan, etc. Chaque bassin versant se subdivise en un certain nombre de bassins élémentaires (parfois appelés « sous-bassin versant ») correspondant à la surface d’alimentation des affluents se jetant dans le cours d’eau principal.

 

Le bassin versant du lac Brome couvre une superficie de 186,7 km2. De plus en plus, les autorités publiques reconnaissent qu’il faut gérer les politiques de l’eau en fonction des caractéristiques de chaque bassin versant. C’est ce qu’on appelle la gestion par bassin versant.

 

L’eau qui ruisselle d’un bassin versant fait fi des limites administratives. Ainsi, le bassin versant du lac Brome englobe 8 municipalités, en totalité ou en partie.  Ces municipalités sont rattachées à deux MRC, soit la MRC de Brome Missisquoi et la MRC Memphrémagog. Ce sont les municipalités de :

 

Bolton-Ouest


43%

Lac Brome


31%

Stukely-Sud


18%

Ste-Étienne
de Bolton

5%

Canton de Shefford

2%

Bolton-Est


0,5%

Waterloo


0,07%

 

Huit principaux affluents

et une trentaine de petits affluents

 

Le bassin versant du lac Brome comprend 8 affluents principaux et une trentaine de petits affluents directement au lac. Le bassin versant est à 72,7% sous couvert forestier. L’agriculture compte pour 15,7% du territoire.

On compte environ 3 375 unités d’habitation dans le bassin versant pour une population d’environ 6 000 personnes. Sauf pour environ 2 000 unités d’habitation de Lac-Brome, toutes les résidences sont sous installations septiques privées.

carteaeriennelb1.jpg
 

Sous-bassins versants

En 2012, un mandat de caractérisation et de diagnostic du bassin de tête du ruisseau Coldbrook a été donné à une équipe de scientifiques du regroupement des associations pour la protection de l’environnement des lacs (RAPPEL). Ce projet réalisé en 2012 a permis de confirmer que le réseau routier est le principal responsable de la dégradation de l’eau dans ce secteur et que des mesures correctrices pour améliorer les infrastructures municipales seraient à implanter. Plus de 41 sites ont été identifiés et des propositions concrètes ont été faites aux autorités municipales.  Par la suite, trois autres rapports de caractérisation ont été réalisés.
 

RLB est convaincue que ce rapport constitue une très bonne source de renseignements pour les responsables des municipalités concernées (Travaux publics) qui voudront appliquer les correctifs nécessaires à la qualité de l’eau ruissellant dans leurs fossés et sur leurs routes. Pour consulter les rapport, cliquez sur les liens qui suivent.

Caractérisation Colbrook

Diagnostic environnemental du bassin versant du ruisseau Colbrook secteur Amont

Caractérisation Quilliams

Diagnostic environnemental du bassin versant du ruisseau Quilliams – Phase 1

Caractérisation Pearson

Diagnostic environnemental du bassin versant du ruisseau Pearson

Caratérisation Inverness

Diagnostic environnemental du bassin versant du ruisseau Inverness – lac Brome

Ruissellement et débit des affluents

L’eau de pluie qui tombe sur la surface du bassin versant du lac Brome s’y infiltre, ruisselle ou s’évapore.  La partie des eaux qui s’infiltre peut rester superficiellement près de la surface, ou atteindre la nappe d’eau souterraine. Dans les secteurs couverts de végétation, en milieu forestier par exemple, le taux d’absorption du sol est nettement supérieur aux endroits où la surface du sol est dénudée de végétation.  Lorsque les pentes sont fortes, il y a beaucoup moins d’infiltration, les gouttes d’eau sont entraînées par l’effet de la gravité et acquièrent suffisamment d’énergie cinétique pour ruisseler en surface. L'eau qui est absorbée en surface est utilisée en partie par les plantes pour leur croissance et une autre partie s’évapore. 

L'utilisation du sol

dans le bassin versant

Le tableau suivant montre l’utilisation du sol dans le bassin versant. Notre bassin versant est composé à 70 % de zones forestières, ces zones forestières sont propices à capter l’énergie de l'eau qui tombe au sol. Les branches d’arbres et les feuilles absorbent une certaine quantité d’énergie des gouttelettes d’eau, et lorsqu’elles atteignent le sol, la végétation en présence en capte une autre partie.  Même si le tableau qui suit montre que seulement 5% du territoire couvre des régions urbaines et des zones développées, du fait des activités humaines qui s’y déroulent, elles ont un apport important dans le ruissellement et surtout dans les charges polluantes que cette eau contient.

Lire plus ...

ruissellement.jpg
 

Accumulation des sédiments

 

Les sédiments déposés dans le lac Brome sont formés par les dépôts de matières en suspension et l’accumulation d’autres substances organiques ou inorganiques qui sont présentes dans l’eau.  Les particules minérales sont transportées par l’eau qui provient du bassin versant et les particules organiques proviennent des plantes et des poissons qui meurent et coulent au fond de l’eau.

sédiments.png

Selon Prairies, il y avait en 1997, de 6 à 8 mètres de sédiments dans la partie la plus profonde du lac, et le taux d’accumulation des sédiments serait de 3 à 4 mm par année.  Pour un lac en santé, le taux d’accumulation des sédiments est plutôt de l’ordre de ,5 à 1 mm par année.  Selon lui, le lac s’autoalimente en phosphore, autant par le phénomène d’anoxie que par la décomposition organique. 

Il y a une dizaine d’années, RLB a mesuré la profondeur des sédiments, leur granulométrie et leur teneur en phosphore. La carte suivante montre la profondeur des sédiments et la concentration en phosphore des échantillons.

Lire plus ...

 

Barrage Foster

Renaissance lac Brome a préparé une note technique portant le niveau du lac et l’eau sortant du barrage Foster. On sait que ces deux paramètres sont très importants pour la qualité de l’eau du lac, les activités récréatives et l’approvisionnement en eau potable de la ville de Bromont.

Or, ces paramètres sont gérés selon une entente entre la Ville de Lac-Brome, Ville de Bromont et le gouvernement du Québec. Comment le barrage Foster est-il géré? Quels sont les niveaux du lac? Y-a-t-il des changements à apporter? Une intéressante étude à consulter.

barrage foster.jpg

Après avoir analysé cette convention et les données d’exploitation de 2005 à 2010, RLB n’a relevé aucune indication que la gestion du barrage soit généralement non conforme à la convention.

Au contraire, la gestion du barrage est satisfaisante. Les niveaux du lac sont strictement gérés selon la convention; le débit minimum est généralement au-dessus de la norme du 0,88 m3 / sec., sauf pour des cas particuliers de remontée du niveau du lac au printemps ou de sécheresse prolongée à la fin de l’été.

Il appert qu’il n’y a pas lieu de réviser en profondeur la convention, sinon de mieux refléter la réalité opérationnelle et hydrique du bassin versant et pour ce faire d’établir sur une base mensuelle le débit minimum de 0,88 m3 / sec. En effet, nous estimons que la règle du 0,88 m3 / sec. « en tout temps » s’avère, dans l’état des dispositifs actuels, impraticable et inutilement contraignante.

 

Une planification des besoins sur un horizon de 15-25 ans et l’adoption de mesures de développement durable pour sécuriser les approvisionnements en eau sont suggérées aux autorités responsables. Pour le moment, le débit moyen annuel utilisé par Ville de Bromont représente moins de 10% du débit minimum exigé par la convention (0,066 m3 / sec. vs 0,88 m3 / sec.).

Il est clair que le défi réside dans la gestion des événements extrêmes, notamment les périodes de sécheresse. Dans cette optique, des stratégies de développement durable sont proposées : programme d’économie d’eau, constitution de réserves d’eau, utilisation d’outils de gestion performants.

La gestion du barrage Foster 

Les débits au barrage Foster